RUGBY DES ADOS : CROISADE CONTRE LES INCIVILITES

C’est une réunion au sujet grave qui s’est tenue à Aureilhan à l’initiative du Comité Départemental de rugby 65 ces derniers jours. La Ligue Occitanie de rugby et son président Alain Doucet impulsent actuellement une sensibilisation face aux problèmes de discipline rencontrés sur et autour des terrains, notamment chez les catégories jeunes. Certes, le département des Hautes-Pyrénées fait plutôt figure de bon élève en Occitanie à ce niveau mais les dérives parfois très graves vécues dans d’autres territoires poussent les instances dirigeantes de la Ligue et des C.D. à réagir ! Pour maîtriser le problème, encore faut-il l’analyser. Des rencontres délocalisées en Occitanie se déroulent… Celle propre au C.D. 65 n’a hélas pas drainé l’assistance souhaitée : éducateurs et entraîneurs invités ne se sont pas bousculés pour participer ! C’est dommage !

De gauche à droite : Pierre Jean-Marie, Nadège Carcenac, Laurent Sola, Jean-Marc Dedieu.

Pour aider les éducateurs, entraîneurs et élus du C.D. à cerner le problème, le président Pierre Jean-Marie accueillait Laurent Sola, chargé de mission à la Ligue auprès des représentants fédéraux, Nadège Carcenac, représentante fédérale, Jean-Marc Dedieu du C.D. 09 mais également les représentants fédéraux André Duvieilh (Hautes-Pyrénées) et Alain Pradines (Gers) sans oublier Alain Azpiroz, vice-président de la Ligue Occitanie. Les échanges ont été riches. Après un exposé sur les débordements fait par Laurent Sola en particulier, quelques pistes d’actions ont été présentées. Depuis mars 2022, un travail a été engagé par la Ligue autour du projet « rugby des ados » afin de ramener la pratique chez les jeunes plus proches des valeurs réelles de ce sport ou d’anticiper des dérives futures éventuelles. Non seulement ces débordements sont générés par des jeunes joueurs mais aussi par des parents ou supporters voire des éducateurs. Il est certain qu’une meilleure maîtrise des attitudes derrière les mains courantes peut contribuer à améliorer la situation. Un exemple : une représentante fédérale agressée a vu son nez cassé ! En Ariège, des RDV réguliers avec les forces de l’ordre sont fixés. Se pose aussi le problème des addictions (drogue et alcool). Nous pourrions aussi évoquer les “addictions” aux réseaux sociaux où menaces et provocations peuvent faire dégénérer des rencontres sportives ! De fortes convictions ont été exprimées par Harry Dumitras : faire intervenir les représentants fédéraux lors des formations des entraîneurs-éducateurs, mieux expliquer les règles car la connaissance approximative est sujette à des débordements, consolider l’équipe des éducateurs-entraîneurs souvent trop seuls (surtout le samedi lors des rencontres de jeunes) pour faire face à tous les dysfonctionnements latents ou qui se produisent. Puissent toutes ces idées mieux servir la noble pratique de notre sport !

Jean-Louis Ibanez – Photos JLI

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
CD65

CD65

Leave a Replay

Sign up for our Newsletter

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp